Les associations : acteurs naturels du dialogue aux côtés des élus

Il ne faut cependant pas réduire le dialogue aux échanges entre les élus et les associations.
Il peut aussi inclure le dialogue entre les associations elles-mêmes ou avec d’autres acteurs de la société civile. C’est le dialogue qui permet d’assurer le lien, voire la cohérence, des interventions sur le terrain.

L’intervention publique n’est plus monopolistique et doit nécessairement faire intervenir l’ensemble des acteurs concernés. Pas uniquement les collectivités territoriales, mais aussi les partenaires sociaux, la société civile, les entreprises, les associations…

Si la cohésion sociale doit apporter un plus, c’est aussi en termes d’organisation du dialogue. Il est réellement important de s’interroger sur les moyens mêmes de la cohésion sociale et du « vivre ensemble ».

Les citoyens réclament un droit à la reconnaissance, un droit à la prise de parole dans l’espace public et à l’écoute, un droit à la créativité et à l’erreur, un droit à la prise de risque et à l’exercice de la responsabilité. Il s’agit de répondre à cette attente.

Développer le bénévolat

Parce qu’ils consacrent du temps à des activités d’intérêt général sans contrepartie financière, les bénévoles méritent une attention particulière.

La municipalité peut jouer un rôle important auprès des bénévoles, à la fois pour entretenir leur motivation mais également pour susciter des vocations. Cet accompagnement peut notamment se concrétiser sous diverses formes : organisation de formations, temps de rencontre et d’échange pour une mise en réseau, valorisation et reconnaissance du travail accompli.